À la UneActualitésAfriqueélectionsenseignementPolitique

La République Sénégalaise à l’épreuve du communautarisme religieux ( François Mendy )

Dans une analyse au vitriol, François Mendy, journaliste et politiste, dénonce les dérives présumées du nouveau pouvoir sénégalais qui, selon lui, menacent les fondements laïcs de la République. La création controversée d’une « Direction des Affaires religieuses » à la Présidence soulève des interrogations brûlantes : s’agirait-il des prémices d’un agenda caché visant à instituer une société calquée sur le modèle arabo-musulman ? Cette contribution incisive appelle à une vigilance de tous les instants face aux germes insidieux d’une possible division nationale. Elle exhorte les autorités à prioriser les véritables urgences socio-économiques plutôt que de céder aux sirènes d’un transhumanisme déguisé qui bouleverserait l’équilibre séculaire du Sénégal.

Une école en crise. Des loyers hors de prix. Un taux de chômage en perpétuel hausse. Un système de santé mal-en-point. Une eau chère et trouble, souvent inacceptable à la consommation pour certains de nos compatriotes. Des produits halieutiques introuvables pour nos pêcheurs locaux, malgré des côtes poissonneuses. La viande inaccessible à la majorité de la population. Un riz très cher qui ne bénéficie pas aux paysans de la vallée du fleuve qui suent sang et eau pour une hypothétique autosuffisance. Une huile hors de prix pour bon nombre de nos compatriotes, malgré la bravoure des paysans du bassin arachidier qui suent sang et eau pour nous en fournir. Et que sais-je encore.

Face à tous ces défis sous le poids desquels s’écroule le goorgorlu sénégalais, le Président de la République, M. Bassirou Diomaye Diakhar Faye, n’a pas trouvé autre urgence que la création au sein de la Présidence de la République, d’une

« Direction des Affaires religieuses et de l’Insertion des diplômés de l’Enseignement Arabe ».

Si l’annonce n’était pas faite dans le très solennel Communiqué du Conseil des ministres du 17 avril 2024, j’aurais dit que c’est une blague. Mais hélas ! C’est vrai. Notre Président a érigé au rang de première priorité de son Magistère, la question religieuse. A ce que je sache, il n’y a pas de problème religieux au Sénégal. Donc, quelle est l’urgence vitale qui puisse expliquer, dès son 2ème Conseil des ministres, que le chef de l’Etat prenne une telle décision ? En clair, cela veut dire que c’est un sujet primordial pour lui et qu’il va mettre les moyens qu’il faut pour l’atteindre.

A propos de cette Direction, sa création n’est nullement opportune. A l’exception de la parenthèse Mamadou Bamba Ndiaye, la question cultuelle relève depuis l’indépendance, du Ministère de l’intérieur qui a toujours bien fait son travail. Que se cache-t-il alors derrière cette création à laquelle il a rajouté « l’insertion des diplômés de l’enseignement arabe » ? Ce premier acte n’est-il pas un signal du projet de remodelage de la société sénégalaise, qu’il veut calquer sur le modèle du monde arabe avec la prééminence du religieux ? Et si au fond, le PROJET de Bassirou Diomaye Faye et Ousmane Sonko était un projet de nous conduire insidieusement vers une société des Qamis et des Abayas ?

En quoi les diplômés en arabe, quels que soient leurs domaines de compétences, ont-ils de plus méritant que les ingénieurs, sages-femmes, infirmiers, informaticiens, architectes, journalistes, des diplômés en russe, chinois, allemand, italien… qui chôment au pays ? Qu’on m’explique en quoi l’insertion d’un diplômé en arabe est plus urgente que le recrutement des sages-femmes et des infirmiers qui vont sauver des vies ? Qu’on m’explique en quoi l’insertion d’un diplômé en arabe est plus urgente que le recrutement des enseignants pour encadrer nos enfants qui sont appelés à servir le pays avec la langue officielle ? Qu’on m’expliquer qu’est-ce qu’un diplômé en arabe a de plus méritant que les diplômés des universités et instituts de formation de Dakar, Saint-Louis, Thiès, Ziguinchor, Kaolack, Tambacounda… Je veux juste être convaincu.

Aucune justification sérieuse ne peut être fournie, car le Sénégal n’est pas un pays arabe et que l’arabe n’est pas la langue officielle du pays. Aussi, c’est une infime partie de la population qui a fait des études en arabe. La vérité, c’est que les nouvelles autorités du Sénégal ont une aversion pour le modèle de notre République qui est laïque. Elles n’ont jamais fait mystère de cela. D’ailleurs, cela s’est révélé dans les premières nominations faites par le Président Diomaye. En effet, Mary Teuw Niane, Directeur de Cabinet du président de la République, nommé avec le Premier ministre, le soir de la prestation de serment du chef de l’Etat, est l’un des principaux pourfendeurs de la laïcité. Soutenant que la laïcité est une absurdité inscrite dans notre constitution, c’est un théoricien de l’enseignement religieux dans l’école publique.

C’est sans doute cette position sur l’enseignement religieux et la suppression de la laïcité dans la constitution qui a pesé dans sa nomination en tant que Directeur de Cabinet. En effet, avec son aura intellectuelle, le Président de la République s’est dit qu’il est le plus apte à nous faire avaler la pilule. D’où la création de cette fameuse Direction à la présidence dont Faye et son équipe veulent nous faire croire que toutes les religions sont concernées. Mais personne n’est dupe. Qu’ils assument leur choix.

François MENDY

Journaliste-Politiste

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
RTP Live> Link RTP Slot Gacor Pragmatic Tertinggi Hari Ini Resmi! Hari Ini Ada Slot Gacor Terbaru Pragmatic Play SBOBET: Daftar & Login Situs Agen Judi Bola SBOBET88 https://anakdajal.tilley.com/products/daftar-slot777-gacor/